la patience

la culture de la patience

Comment l’acquérir


La patience pourrait être développée positivement, il lui faut le milieu qui convient et les conditions qui lui permettent de se développer, il ne faut jamais s'exciter, ou se laisser emporter par situations qui favorisent les excitations. Eviter d’activer les nerfs inutilement pour éviter les secrétions d'adrénaline, substance chimique produite par les glandes surrénales, cette substance pourrait, si elle est trop sur-dosée, endommager nos organes ; pour se faire il faut éradiquer certaines addictions tels, la caféine, la théine, l’alcool,  les cigarettes et les débordements alimentaires en tous genres. Éradiquer aussi les discussions avec les amis, discussions qui finissent par les  polémiques. Il faut essayer d'éviter les petits arrêts qui nous font perdre la raison et le temps en même temps, faire semblant de n'avoir pas à écouter ou être désintéressé par le sujet,  c'est déjà un pas vers l’avant.

 

La patience n'est utilisée que dans les situations délicates, elle est souvent  entérinée par des grandes et très agréables surprises.


Pour détenir cette qualité, il est tout à fait clair qu’il faut savoir qu'elle se développe comme d’autres disciplines, telles la culture physique, de l'esprit, le yoga, le don de l'art, etc. Elle demande une concentration exceptionnelle de la pensée.


La culture ou l'entraînement de l'esprit par des exercices quotidiens, pourraient développer notre patience jusqu’à des limites que nous n'avons jamais pensé atteindre.


Revenons à la philosophie qui nous passionne  pour devenir patient. Tout d'abord quel est l'intérêt qui se cache derrière ce vœu ? Pourquoi voulons-nous devenir patients ?

 

Quel est notre but ? Cherche-t-on à arriver à des sommets proverbiaux ?

 

L'essentiel c'est d'être un homme patient peu importe en ce moment, le but à atteindre ! Car une fois acquise, la patience deviendra notre carburant énergétique

 

 

Méthodologie.

 

Il suffit d’adopter une démarche disciplinaire, hors de vos habitudes.


La première étape à franchir, est de cesser les prises de produits excitants tels les assuétudes et ceux menant aux addictions, et qui pourraient favoriser les énervements et minimiser les capacités de notre patience. Et qui pourraient aussi vous rendre dépendant, soumis à cette drogue, cela va tester votre capacité de vous libérer tout seul, en vous affranchissant de cet esclavage psychologique, et morale.

 
S’isoler de temps en temps pour mettre l'esprit en adéquation avec le corps, l'espace paisible que nous allons exploiter avec ces isolements va permettre de tranquilliser notre mental, afin de régénérer un bien être, qui va nous mener vers les étapes successives du développement de la patience.

Les meilleurs endroits, sont la nature, la forêt, la mer, les montagnes, le désert, les rochers, ou regarder le ciel à travers une terrasse, ou un balcon, pour les personnes citadines.

 

Pour choisir les terrains qui nous permettent de développer la patience, il faut dès le départ les sélectionner, il faut choisir des lieux calmes, des lieux où les amis n'occasionnent pas de chahut ni de vacarme, les brouhahas sont générateurs d'énervements, et paradoxalement de mélancolie, ils ne favorisent guère la patience, les lieux à ciel ouvert sont très conseillés.


La marche à pied quotidienne et régulière, pratiquée à des moments bien précis, surtout lorsqu’il  y a peu beaucoup du monde, afin d’éviter les agressions du regard ou la curiosité sur ce que font les autres, le ‘‘ comment ils se comportent ’’, et ‘‘comment ils s’habillent’’, et aussi les interférences d’esprits négatifs qui risquent de nous irriter le morale,  etc.

 

Les meilleurs temps de détente sont, bien sûr, tôt le matin, moment   privilégié où l’air que nous respirons est d’avantage bénéfique, et surtout infiniment moins pollué. Si les conditions ne s’y prêtent pas, le soir au coucher du soleil, les conditions seront aussi favorables et opportunes.

 

Ces moments de détente seront comme un stimulant et affriolant pour la santé, si on s’ y habitue par leurs appétences, ils vont mettre tous les constituants de notre corps à savoir, sang, os, chair, et organes en parfait équilibre et symbiose, que ce soit du point de vue esprits ou matière le soulagement sera instantané.

 Les exercices physiques tôt le matin seront comme des générateurs d’un bien être psychiques et physique, les prieurs du matin, musulmans, eux aussi, savourent ces plaisirs matinaux quotidiens, fortifiés par une foi et par une croyance forte et évolutive.

Le fait de maintenir quotidiennement et toute la vie, ce rythme de prosternations est un acte passionnant, généré par une forte conviction et une grande confiance en soi. Le poursuivre cinq fois par jour et à des moments bien précis avec discipline,  conduit le prieur à une quiétude et à une paix spirituelle, qui ne peut que générer la patience.

Pour les non prieurs, les exercices sportifs matinaux en sont aussi générateurs d’un effet plus ou moins semblable.

En tant que pratiquant depuis l'âge de 6 ans, je me sens immunisé de toute impureté psychique, que ce soit anxiété, surtension appréhension, béatitude ou frustration devant certaines circonstances, ce caractère pacifique, de sagesse, est favorisé par un parcours de vie souvent solitaire, vécu dans un milieu sudiste désertique, le fait d'étendre notre vue vers l'infini sans aucun obstacle physique c'est déjà une détente visuelle et cérébrale. Pour les connaisseurs, les esprits des éléments naturels qui décorent l’environnement, ont quelque chose à nous apporter discrètement, sans le savoir.

_

« On apprend plus de choses dans les bois que dans les livres ; les arbres et les rochers vous enseigneront des choses que vous ne sauriez entendre ailleurs … »

Saint Bernard

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×