ma destinée, un poeme

Mes faiblesses

Je me voie un objet de décoration après mes funérailles,

Car terre je suis et terre j’y reviens, poussière est mon corps.

Mon âme ne saura souffrir puisque bonheur est mon sort.

Mes prophètes et mes meilleurs amis de vie, une belle retrouvaille.

Le corps de mon corps se sédimentera malgré lui sur cette terre.

Son issue de poussière rend plus fort ma foi de croyance en lui,

Avoir l’esprit de reconnaître nos faiblesses sans lui déclarer guerre.

Demander a tout ce qui nous entoure la vérité pour vous et autrui.

Les êtres vivants les pierres les vapeurs, les vents les objets d’électron,

Tous créées pour l’humain gracieusement et gratuitement bien offert.

Profitez avant qu’il soit trop tard, le temps se consume et se perd.

Heureux est celui qui comprend, il sera sur un fauteuil de la vie patron.

Miséreux le matérialiste qui coure et erre sans ancrage d’esprit,

Pour profiter en volant des sages leurs meilleures idées qui brillent .

Malheureux les opportunistes du savoir prétentieux en connaissances.

Un podium de mérite Nobel sera une de leur Espérance et récompense.

Les iniquités sur terre en physique ou en jugements d’intolérances

Provoquent sans aucun doute les stagnations des progrès de l’homme.

Les suicides le mal vie, les dégoûts, les stresses et les souffrances,

Monnaies des siècles avec lesquelles les humains se réforment.

Priez pour vous-même durant les jours et les nuits,

Avant que votre âme en devienne fantôme sans jouissances,

Faisant et hantant les anciennes bâtisses avec vos bruits,

Au lieu d’accéder aux hauts lieux du paradis de grandes plaisances.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site